Quelle Isolation thermique par l’extérieur en façades ?



Quelle Isolation thermique par l’extérieur en façades ?

 

Quelle Isolation thermique par l’extérieur en façades ?

Pour répondre à la RT, l'ITE en façades demande des précautions de mise en œuvre en particulier sur le traitement des points singuliers pour tenir ses promesses.

L'Isolation Thermique par l'Extérieur est la voie royale pour répondre aux exigences thermiques. Néanmoins l'ITE est encore peu présente en maison individuelle en particulier pour le neuf du fait de son coût supérieur à celui d’une ITI.

 L'ITE a toute sa place en rénovation qui représente entre 65 et 85% de parts de marché suivant les fabricants interrogés. Les deux principales familles d'ITE en façades sont l'isolant sous enduit, une filière humide qui domine le marché et qui est accessible aux petits artisans et le bardage rapporté sur isolant.

 Plus rare, la troisième famille des vêtures et vêtages est davantage demandée en petit collectif qu'en maison individuelle.

 

Un large spectre de solutions

 

Le marché global de l’ITE en France est évalué à moins de 20 millions de m2. « Concernant l'enduit sur isolant, le marché de la rénovation atteint chez nous 85%. Les HLM comptent pour environ 30%, le collectif 20% et la maison individuelle entre 25 à 30%. Le privé est plutôt en progression et le HLM stagne », explique Laurent Goetgheluck, chef de marché ITE chez Parexlanko.

 

Une évolution attendue est la prise en compte de l'empreinte carbone du bâtiment dans le cadre de la RT2020. Les fabricants mettent en avant leurs produits biosourcés comme la fibre de bois (Parexlanko) ou l'isolant Biofib’trio à base de chanvre, de lin et de coton (Biofib’isolation).

 

Solution 1 : Isolant sous-enduit

 

Technique la plus courante, l'isolant sous-enduit est accessible à tous les artisans à condition de suivre les bonnes pratiques de mise en oeuvre.

 

© Parexlanko

 

Les panneaux d'isolants devant être suffisamment rigides, l'isolant le plus courant est le PSE blanc ou graphité suivi de la laine de roche. Par exemple pour la rénovation du bâti de l'après-guerre en béton, l'ITE classique sous forme de panneaux isolants en PSE convient bien.

 

En revanche pur un bâtiment en pierre, un isolant ouvert type laine de roche ou fibre de bois est nécessaire associé à un enduit minéral respirant. La mise en œuvre doit suivre le DTU et le CPT 3035 v2.

 

Typiquement, les panneaux de PSE sont fixés en décalé avec un calfeutrage des joints par de la mousse PUR. En neuf, la seule pose autorisée par le DTU est le collage de l'isolant. La pose calée-chevillée de l’isolant s’applique en rénovation.

 

Les panneaux de PSE sont poncés avant application de l'enduit renforcé avec une armature. Le treillis assure la résistance aux chocs et évite les fissurations et l'enduit apporte l'étanchéité à la façade. Enfin la finition minérale ou organique apporte une fonction décorative.

 

« Parexlanco proposant depuis quelques temps déjà des produits techniquement au point, nous travaillons à enrichir la palette des enduits architecturaux avec des finitions esthétiques, comme le Calcilisse qui est un enduit très fin », explique Laurent Goetgheluck.

 

  • Intérêt : Grande souplesse et relative simplicité de la mise en œuvre ;
  • Limite : Contraintes de conditions climatiques et traitement difficile des points singuliers ;

 

Solution 2 : Systèmes sous bardage rapporté

 

L'isolant sous bardage rapporté est une filière sèche qui se pose rapidement quelles que soient les conditions climatiques.

 

 

Cette filière sèche d'ITE est réalisée avec des panneaux ou rouleaux d'isolants type laine de verre, laine de roche, fibres de bois, polyuréthane, etc, qui sont fixés avec des pattes métalliques dans le support.

 

Le bardage à joints apparents ou non est rapporté sur une ossature bois (CPT 3316 v2) ou métal (CPT 3194 v2). Ces bardages qui sont ventilés, peuvent être en bois, en métal (acier, zinc, ..), en fibre de ciment, en terre cuite ou en ardoise.

 

Si le bardage est étanche, il n'y a pas besoin d'écran pare-pluie. Certains fabricants ont développé des systèmes complets (Knauf Insulation, Sto, PRB, etc ) avec bardage, isolant et pattes de fixation prêts à l'emploi.

 

Quels paramètres prendre en compte ?

 

Les paramètres importants pour le choix de l'isolant sont la résistance thermique mais aussi l'absorption d'eau et la masse combustible mobilisable. « Nous vendons essentiellement de la laine de verre mais la laine de roche plus chère (alphalène) est appréciée pour ses propriétés de résistance au feu par exemple pour des façades vitrées très spécifiques », précise Dominica Lizarazu, responsable marketing à Saint-Gobain Isover France. Plusieurs fabricants (Unilin, Soprema, Recticel, Knauf Insulation..) proposent du polyuréthane au λ de 0,022 W/mK. « Nous avons une offre Premium en polyuréthane avec UTherm Wall essentiellement en maison individuelle. Laperformance thermique du PUR rend possible des épaisseurs d'isolants plus faibles avec une emprise extérieure des façades plus faibles, ce qui est apprécié en rénovation en particulier en ville », met en avant Philippe Rago, Chef de marchés Constructeurs de maisons individuelles chez Unilin.

 

  • Intérêt : pose rapide sous toutes conditions climatiques  ;
  • Limite : plus cher à mettre en œuvre que l'isolant sous enduit ;

 

Solution 3 : Vêtures et Vêtages

 

Les vêtures où la peau est solidarisée avec l'isolant et les vêtages où la peau est indépendante, sont des systèmes avec parement non ventilé.

 

© Recticel

 

Proches du bardage sur le plan esthétique, les vêtures et vêtages sont composés d'un parement et d'un isolant directement fixés au mur extérieur, sans lame d'air. Préfabriquée en usine, la vêture est composée d'un isolant solidaire du parement et fixé mécaniquement sur la structure porteuse.

 

D'après le fabricant Myral, la vêture représente environ 5% du marché de l'ITE en collectif et 2% en pavillon. Dans le cas du du vêtage, l'isolant est indépendant du parement. Collé ou fixé sur la structure porteuse, l'isolant est revêtu d’un parement en plaques mis en œuvre par des fixations mécaniques traversant l’isolant.

 

Préfabriqués et industrialisés, les systèmes de vêture sont généralement conçus sous la forme de cassettes avec quatre bords finis. « Nous sommes les seuls à proposer un nouveau produit type joints debout avec des rives en PVC intégrant les rupteurs.

 

Le système est industrialisé avec une pose rapide. La fabrication sur mesure garantit sur chantier le moins de chutes et de déchets possibles », met en avant Sylvain Bonnot, Président de Myral. Comme pour le bardage, les vêtures et vêtages sont une filière sèche dont la pose est rapide et ne dépend pas des conditions climatiques.

 

  • Intérêt : filière sèche, simple à poser en toutes conditions climatiques, sans entretien ;
  • Limite : nécessite une préparation en amont pour la préfabrication .

 


Commentaires : Laissez un commentaire

* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.